Zoom sur la D2

Le jeudi 16 mai 2002 à 23h06 par Equipe de rédaction

Zoom sur la D2

Supporters des Merlus, Trop heureux de l’accession de vos favoris
en D1, vous n’avez pas suivi la saison de D2 ? Alors voici ce
qu’il faut retenir...

face="Verdana, Arial, Helvetica, sans-serif">

face="Verdana, Arial, Helvetica, sans-serif">LES
EQUIPES QU’ON NE VERRA PAS... (1)
<font
color="#000000" size="2"
face="Verdana, Arial, Helvetica, sans-serif">
...Et pour cause, six des équipes de cette saison 2001/2002
de Division 2 ne seront plus là pour la reprise du Championnat.
Si quatre d’entre elles goûteront aux joies de la D1, deux
autres joueront leurs derniers espoirs en National.

face="Verdana, Arial, Helvetica, sans-serif">Ajaccio :
La réussite de deux entraîneurs.
<font
color="#000000" size="2"
face="Verdana, Arial, Helvetica, sans-serif">
Remercié cet été par son club, Batti Gentili continuera
encore longtemps d’alimenter les discussion à Ajaccio. En dix
ans, il a fait passer l’ACA de l’anonymat de la PH à
l’antichambre de la D2. Sauvant le club de la relégation, il
passe la main à Rolland Courbis, "fraîchement" revenu
du pays des Pingouins pour prendre en charge une équipe au
tempérament chaud. Migration réussi pour Courbis le Manchot,
puisque sous ce climat tropical, le natif de Marseille, grâce à
un recrutement judicieux, permettait au premier club pro de
l’histoire corse d’accéder à la Division 1.
Ce bonheur, l’AC Ajaccio le doit à des prêts malins et des
transferts judicieux. S’il fallait dégager quelques noms parmi
ce collectif, je citerais Trévisan, Squilacci, Darbelet, Granon,
Terrier, j’en passe et des meilleurs.
Invaincus à domicile sur la saison hormi ne défaite face à
Châteauroux avant la trêve (0-1), prudents à l’extérieur (peu
de victoires mais beaucoup de nuls), l’AC Ajaccio a su garder la
force qui faisait la sienne (parcours extraordinaire à la
maison), pour améliorer ses faiblesse (parcours très honnête
hors de leur île).
Permettez-moi de vous conseiller l’excellent site de mon ami
Félix Filippi sur Ajaccio : <a
href="http://www.alours.com"> face="Verdana, Arial, Helvetica, sans-serif">Alours.com<font
color="#000000" size="2"
face="Verdana, Arial, Helvetica, sans-serif">

face="Verdana, Arial, Helvetica, sans-serif">Strasbourg :
Mission accomplie
size="2" face="Verdana, Arial, Helvetica, sans-serif">
On l’attendait, donc pas grand chose à dire si ce n’est que
le RCS a éclaboussé les deux-tiers du Championnat de toute sa
splendeur, avant de prendre l’eau en fin de parcours. Avec une
série de six matches sans victoire à quelques journées de la
fin, les alsaciens ont su profiter de leurs matches reportés
(6pts en deux matches). Ljuboja et Bertin peuvent sourire !

face="Verdana, Arial, Helvetica, sans-serif">Le Havre :
Le "melting pot" vieux- jeunes
<font
color="#000000" size="2"
face="Verdana, Arial, Helvetica, sans-serif">
Parmi les favoris de ce Championnat, les normands n’ont
jamais quitté le haut du tableau. Si les havrais ont parfois
déçu, ils ont su se reprendre rapidement, en tirant les
conclusions de leurs échecs. De défaites piteuses, le HAC en a
fait des faux-pas constructifs. S’appuyant sur une concurrence
saine dont l’attaque est le reflet parfait (des "vieux"
comme Cavéglia pour entourer des "jeunes" Le Tallec et
Sinama), le premier club de France re monte logiquement en D1.

face="Verdana, Arial, Helvetica, sans-serif">Nice : Au
finish
face="Verdana, Arial, Helvetica, sans-serif">
On pensait bien retrouver les Aiglons dans le ventre mou du
Championnat, habitués que nous étions à voir cette équipe
végéter lamentablement en D2 depuis sa descente en 1997 (vous
savez, l’année où eux aussi ils gagnent la Coupe avant de
descendre !). En effet, les coéquipiers d’Aulanier se
retrouvaient en milieu de peloton au début de la course ; les
problèmes internes (non-paiement des salaires des joueurs
etc...) n’arrangeaient rien à l’affaire. Mais nous étions bien
loin du sprint final. Se rapprochant doucement des leaders, Nice
"sautait" Beauvais dans les ultimes mètres de la
course à la D1 (34ème journée). Un succès dû en partie à
Daniel Meslin l’Enchanteur, personnage bien connu en terre
bretonne puisqu’il était prêté par Rennes. Redoutable buteur,
il a tiré l’équipe vers le haut, qui a aussi profité des
conseils avisés de Bruno Valencony (co-gardien titulaire avec
Padovani) et de Dominique Aulanier. Devant le vif Ayeli a su
compléter son pote Meslin lorsque celui-ci fut blessé à
quelques journées de la fin, ainsi que le jeune Patrice Evra (20
ans, 34 matches dont 33 en tant qur titulaire) que l’Europe
entière s’arrache désormais (on citera la Juve et MU entre
autres).

A suivre dans les prochains jours, la suite de notre tour de D2
2001/2002 avec les relégués Martigues et Nîmes...


[Contact : webmaster@fclorient.net] [Mentions légales et crédits] [Suivre la vie du site RSS 2.0]
fclorient.net - lorientais.net - lorientais.com © 2002-2017

Visiteurs connectés : 146