L’entrée en jeu d’un nouvel entraineur ...

Le mercredi 11 juin 2003 à 18h44 par Equipe de rédaction

L'entrée en jeu d'un nouvel entraineur ...

Il n’est jamais facile pour un entraîneur de reprendre les rênes
d’une équipe après le départ plus ou moins mouvementé
de son prédécesseur ...

Sur
europe-sport, la semaine dernière j’écoutais une interview de
Vahid Halilhodzic sur Europe1. Pierre-Louis Bass lui demande alors s’il ne sera
pas difficile pour Vahid de s’imposer comme entraineur au psg, club au contexte
des plus difficiles (doux euphémiste !).
Vahid lui répond, en substance que, pour s’intégrer, il faut imposer,
au départ, sa personnalité. Il faut imposer sa conception du football,
ce pourquoi le club a appelé l’entraineur sinon on ne vient pas car on
sait que ça n’est pas facile.
De cette interview, on peut retirer que c’est la légitimité professionnelle
de l’entraineur, ses capacités à mettre en place une organisation,
une cohérence d’équipe, une mise en musique de jeu, au départ,
qui s’impose à tous. Par suite, il se crée un concensus dans et
autour du club qui conduit toutes les forces à se retrouver dans la même
direction, pour acquérir les résultats et répondre aux
objectifs du club.
Si l’on revient sur cette saison et que l’on reprend les enseignements tirés
par Pouliquen lui-même de son passage à Lorient, celui-ci pourrait
nous dire ,aujourd’hui qu’il ne faut pas "faire confiance à priori",
qu’il ne faut pas jouer la proximité et la comprehension sans retour
de travail des joueurs accomplis .
Pourtant,en
arrivant à lorient, Yvon avait déclaré dans ses premières
interview qu’il arrivait sans a priori, sans schémas tout fait, sans
parti pris. Dans la méthode, il comptait être proche des joueurs
et prendre ses responsabilités.
Si la suite nous a appris qu’ Yvon prenait ses responsabilités, ce qui
tout à son honneur, il s’est rendu compte qu’il n’en était pas
de même de ses "protégés".
Sur la vision et l’animation du jeu par les joueurs, j’avais été
frappé de lire une interview de Yvon,avant le match contre bordeaux ,qui
déclarait qu’il était devenu plus ferme sur les principes de respects
des consignes de jeu qu’il avait conçu pour l’équipe, qu’il avait
évolué sur ce plan par rapport à ses débuts à
lorient.
L’analyse que l’on pourrait tirer de ses deux exemples de coaching est que,
pour réussir dans un club professionnel, l’entraineur doit imposer à
tous sa personnalité ,si l’on ose dire, "d’entrée de jeu".
Une autre condition est qu’il doit ,au préalable,être reconnu pour
ses principes, pour sa méthode et sa vision du football. La compétence
de l’entraineur, en quelque sorte, entraine le respect de tous et éteint
une partie des craintes et des peurs des uns et des autres.
L’affichage de caractère, d’idées fortes, de management de principes
affirmés ne peuvent évidemment pas plaire ou convenir à
tout le monde et particulièrement aux joueurs et au staff technique ou
dirigeants.
Je
m’avancerai un peu en imaginant que le premier travail de C.Gourcuff va être
d’expliciter sa vision, ses principes du football et ses attentes de travail
et de résultats.
Puis, il pourrait réclamer l’adhésion et l’engagement des joueurs
et du staff technique à tous oeuvrer dans la même finalité
en s’appuyant sur la légitimité politique de la direction.
J’ai du mal à voir C.Gourcuff éluder ces questions de "confiance"
qui, si elles ne sont pas directement et franchement exposés au départ,
peuvent ensuite créer des fissures dans les structures sportives du club
et entacher les résultats escomptés.

Régissez
sur le FORUM des SUPPORTERS


[Contact : webmaster@fclorient.net] [Mentions légales et crédits] [Suivre la vie du site RSS 2.0]
fclorient.net - lorientais.net - lorientais.com © 2002-2017

Visiteurs connectés : 253