Kenavo Nono !

Le samedi 25 mai 2013 à 13h39 par Chawax

Kenavo Nono !

Dimanche soir face au PSG Arnaud Le Lan va mettre un terme à l’âge de 35 ans à une carrière professionnelle de 17 ans, débutée en 1996 à Lorient puis poursuivie à Rennes et Guingamp avant un retour dans son club formateur. On se souviendra de Le Lan comme le passeur décisif pour le but victorieux de Darcheville en finale de la Coupe de France 2002. Mais on se souviendra surtout d’un type simple, lucide, professionnel, à la mentalité irréprochable, un vrai joueur de club comme on n’en fait plus beaucoup. Autant de qualités qui lui ont permis de décrocher en 2012 le ballon d’eau fraîche des Cahiers du Football. Ne plus voir Le Lan sous le maillot lorientais, ça va tous nous faire bizarre et on aura un petit pincement au coeur dimanche soir ... Petit retour sur la carrière de Nono !

Lorient, premier épisode ...

- Originaire de Guéméné-sur-Scorff, Arnaud Le Lan arrive dans les équipes de jeunes à Lorient à l’âge de 12 ans où de son propre aveu il « ne sortait pas du lot ». Pourtant il tape dans l’oeil de Christian Gourcuff lors d’un stage avec les pros en Pâques 1996. Quelques semaines plus tard le coach lorientais souhaite emmener le jeune lorientais avec les pros pour la préparation d’avant-saison. Mais le tout jeune bachelier est introuvable ! « Ca lui (Christian Gourcuff) a pris quinze jours pour me trouver. Je fêtais le diplôme dans les campings du coin avec les potes ».

- Une carrière professionnelle s’ouvre à Arnaud Le Lan, mais lui ne s’enflamme pas et préfère donner la priorité à ses études : pendant deux ans et demi, avec l’accord de Christian Gourcuff, il étudie en STAPS à Saint-Brieuc pour décrocher un DEUG. Il s’entraîne la semaine avec le Stade Lamballais et rejoint Lorient le week-end pour jouer avec la réserve ou avec le groupe pro en D2. Ce n’est qu’après la signature de son premier contrat pro en 1999 qu’il abandonne ses études, aux 2/3 de l’année de licence à l’UEREPS de Rennes, pour se consacrer définitivement à sa carrière de footballeur professionnel. Un parcours qui dénote dans un milieu formaté par les centres de formation !

- Arnaud Le Lan joue son premier match officiel chez les pros le 30 avril 1997 lors de la 38ème journée de ce qui s’appelait encore la Deuxième Division. Devant les 2 500 spectateurs présents au Moustoir, Lorient et Mulhouse se quittent sur un score de parité nul et vierge. Un autre siècle ... Sur la feuille de match on retrouve des figures emblématiques du club, dont certains font aujourd’hui partie de l’encadrement du club : Philippe Brinquin, Gilles Kerhuiel, Sylvain Ripoll, Pierrick Le Bert, Bernard Bouger, le regretté Philippe Schuth, et bien sûr Christian Gourcuff aux manettes.

- C’est lors de la saison 1999 / 2000 que "Nono" Le Lan gagne ses galons de titulaire en latéral gauche, succédant au poste à Eben Dugbathey parti après la descente. Il joue 33 rencontres en titulaire et inscrit à la 70ème minute à Caen son premier but en pro sous les couleurs lorientaises. La saison suivante il joue 37 rencontres et participe activement à la remontée du club en Ligue 1.

- La saison 2001 / 2002 est difficile pour le latéral gauche lorientais : Christian Gourcuff est parti chez le voisin rennais, remplacé par Angel Marcos. Mais après le départ du coach argentin fin 2001 et son remplacement par Yvon Pouliquen, Arnaud Le Lan perd sa place de titulaire. Il doit se contenter avec les "coiffeurs" des matchs de Coupe de France. Mais avec quel bonheur ! Le 11 mai 2002 il entre pour l’éternité dans l’histoire du FC Lorient en offrant la passe décisive à Jean-Claude Darcheville pour l’unique but de la finale de Coupe de France remportée face à Bastia. Une passe décisive « totalement involontaire » avoue-t-il ! Mais une passe décisive qui lui offre le seul trophée de sa carrière.

L’exil ...

- En fin de contrat après six saisons passées à Lorient, Arnaud Le Lan prend la direction à l’été 2002 du Stade Rennais pour y retrouver celui qui l’a lancé dans le monde pro, Christian Gourcuff. Manque de chance, quelques semaines après s’être engagé avec le Stade Rennais, Le Lan voit l’ancien entraîneur lorientais débarqué et remplacé par Philippe Bergeroo ... Le latéral gauche lorientais ne garde pas un grand souvenir de son passage dans la capitale bretonne dans un club « trop professionnel ».

- Son premier jour au Stade Rennais est néanmoins entré dans la légende grâce une anecdote savoureuse : il se voit refuser l’entrée à la Piverdière, le centre d’entraînement du Stade Rennais, car le gardien refuse de voir un joueur pro dans ce petit gabarit roulant en Citroën AX ! La passion des joueurs pros pour les grosses cylindrées le laisse d’ailleurs perplexe. Aujourd’hui encore il roule dans une Polo grise dont les autocollants du Stade Rennais et du logo du FC Lorient dans son ancienne version laissent deviner l’âge ! Côté fringues c’est la même chose : un tee-shirt blanc reste un tee-shirt blanc. « J’ai un tee-shirt blanc, les autres aussi, mais moi je n’ai pas besoin qu’il soit écrit Armani dessus ».

Retour à la maison

- Après trois saisons à Rennes puis trois saisons en Ligue 2 à Guingamp, Arnaud Le Lan est de retour dans son club formateur pour la saison 2008 / 2009. Pour son plus grand bonheur : « En six années à Rennes et Guingamp, j’ai connu huit entraîneurs différents. J’ai pu voir vraiment ce qui se faisait, ce qui ne se faisait pas, je me suis fait ma propre idée sur le football. La manière dont le FC Lorient et son entraîneur concevaient le football était celle qui se rapprochait le plus de la mienne ».

- 32ème journée de la saison 2008 / 2009. Lorient reçoit l’Olympique de Marseille. Arnaud Le Lan en voulant sur une touche récupérer un ballon dans les mains du capitaine marseillais Lorik Cana se retrouve dans une bagarre ridicule qui vaudra une expulsion logique aux deux joueurs. « Une petite chamaillerie de gamins pour un ballon, on aurait dit mes fils. Vous savez deux mecs, la testostérone, c’est pas ce qu’il y a de plus intelligent ». Image étonnante quelques minutes plus tard : les deux joueurs, assis sur le sol dans le couloir des vestiaires, regardent ensemble la fin de la rencontre à la télévision. « S’il y avait eu un bar, on aurait pris une bière ensemble » rajoute le défenseur lorientais.

- Une interview de Le Lan au site So Foot en octobre 2011 sur ses goûts musicaux en dit plus que de longs discours sur le personnage. Le monde du football est plutôt branché électro ou hip-hop ? « Deux styles de musique qui, au fond, collent pas mal au côté bling-bling du football d’aujourd’hui. Moi je n’ai pas été élevé là-dedans. Eux, contrairement à moi, ils viennent de grandes villes, ça fait partie de leur culture. Moi, je suis de la campagne, je suis un rural, la culture n’est pas la même. » Arnaud Le Lan lui est plutôt branché années 80. Et alors que d’autres footballeurs préfèrent les clubs et les discothèques, lui garde un excellent souvenir de son passage aux Vieilles Charrues : « C’était extraordinaire. C’est vraiment quelque chose que je referai une fois les crampons raccrochés. C’est un environnement dans lequel je me plais réellement. C’est très grand, même démesuré. Mais être tout seul, au milieu d’une foule, à écouter de la musique, dans l’anonymat le plus total, c’est le pied. » Et la musique bretonne ? « J’adore ! J’ai été bercé dedans. Je trouve ça hyper entraînant. Je comprends que ça ne plaise pas, mais c’est mon cheval de bataille dans le vestiaire, surtout pendant les périodes de festival interceltique. J’essaye de les forcer à faire le tour du festival, parce qu’il y a des groupes vraiment sympas dans les pubs et dans les bars. Moi je trouve ça très festif, très entraînant. On nous dit souvent, à nous les Bretons, que nous sommes froids, pas très marrants. La musique bretonne, c’est tout le contraire, c’est très entraînant, très convivial. ». Une petite gavotte (copyright Etienne Didot) en cas de but lorientais demain soir ?

- La fin de la saison 2011 / 2012 est difficile, après une deuxième partie de saison catastrophique Lorient est aux portes de la Ligue 2 mais remporte une victoire capitale face à l’Olympique de Marseille dans la course au maintien. Au micro de Canal Plus, Le Lan déclare tout son attachement au club et sa rage de sauver le club de la relégation. « Je suis très attaché à ce club, j’y suis depuis mes 13 ans (...) Je n’ai pas envie de finir ma carrière en faisant partie des joueurs qui ont fait descendre le club. (...) Je connais toutes les personnes dans ce stade, je les ai croisézs dans les bistrots lorientais ». Des paroles qui lui valent, s’il y en avait encore besoin, la reconnaissance éternelle des supporters lorientais !

- En octobre 2012 à Valenciennes, Arnaud Le Lan s’engage trop sur un tacle et est expulsé, laissant ses coéquipiers à 10 pendant plus d’une heure de jeu. Expulsion injustifiée jugeront certains. Mais alors que d’autres joueurs auraient joué les victimes, Arnaud Le Lan, lui, assume son erreur : « Je m’en veux. Je dois être capable de mieux me contrôler. Ce n’est pas dans mon tempérament de commettre ce genre de faute. (...) Ma faute est liée à la frustration d’avoir perdu le ballon. Sur cette action, je ne prends pas l’information correctement, je ne suis pas suffisamment concentré. Résultat : je veux me racheter de mon erreur rapidement et je commets cette faute. Je ne voulais pas mettre mon équipe en danger. À l’arrivée, c’est l’inverse qui s’est produit. Comme quoi, on peut avoir trente-quatre ans, beaucoup d’expérience, et commettre ce genre de bêtise. » La classe quoi ...

- En janvier 2013, après deux tentatives infructueuses, Arnaud Le Lan reçoit le ballon d’eau fraîche des Cahiers du Football. Ce prix récompense un joueur symbolisant des valeurs défendues par les Cahiers du Football : fidélité à son club, lucidité sur son niveau et sur son environnement, sens du collectif, fair-play. Les suffrages placent le joueur lorientais en tête juste devant un autre joueur breton emblématique, Romain Danzé (Stade Rennais). Un prix qu’il accueille « avec plaisir et une petite fierté. Même si je suis avant tout joueur de foot et que ce qui m’intéresse, ce sont les prix pour ma qualité de sportif. Je suis conscient que je n’aurai jamais de trophée pour mes qualités footballistiques. Alors, être remarqué dans ce milieu pour quelqu’un de décalé comme moi, qui m’intéresse à autre chose que le terrain, c’est bien ».

Voir en ligne : Réagissez au départ de "Nono" Le Lan sur le forum


[Contact : webmaster@fclorient.net] [Mentions légales et crédits] [Suivre la vie du site RSS 2.0]
fclorient.net - lorientais.net - lorientais.com © 2002-2017

Visiteurs connectés : 30