Historique des "Rennes-Lorient"

Le jeudi 21 février 2008 à 16h08 par Olivier

Historique des "Rennes-Lorient"

Pas souvent gâtés au stade de la route de la Lorient, les merlus vont essayer samedi d’inverser la tendance qui veut qu’ils ne s’imposent jamais en championnat dans la capitale bretonne. Seule une victoire en coupe de France est à mettre au crédit des morbihannais qui ont toujours souffert chez le voisin rennais.


<span
style="font-weight: bold;">Historique des
confrontations « Rennes-Lorient »

>>>
2006/2007
 : L1 - 37ème journée
– samedi 19 mai 2007
Rennes
4 – Lorient 1
 : Melchiot 2’, Cheyrou
51’, Utaka 77’, Jeunechamp 88’ ; Ewolo
23’
(29 425 spectateurs)

L’équipe : Riou – Moullec, Ciani,
Marchal, Jallet – Abriel, Ewolo, Le
Pen (Barry 60’), Mansouri (Talhaoui 74’)
– Saïfi, Gignac (Bourhani 74’)
– Entraîneur : Gourcuff

>>>
2001/2002
 : Coupe de France – 16ème
de finale – Samedi 19 janvier 2002
Rennes
(L1) 1 – Lorient (L1) 2
 : Piquionne
11’ ; Bedrossian 19’, Darcheville 83’ (<span
style="font-style: italic;">7 817 spectateurs)

L’équipe : Hamel – Druon, Abardonado,
Ferron, Martini, Le Lan (Bouzin
46’) – Bedrossian (Feindouno 64’),
Chabert, Cloarec, Esceth N’Zi
(Kroupi 69’) – Darcheville –
Entraîneur : Pouliquen

Dans un stade de la route de Lorient sonnant creux (tout juste 10 000
spectateurs), les merlus vont réaliser un des exploits de
ces 16èmes de
finale en l’emportant contre toute attente chez le voisin
rennais. Le
FC Lorient, moribond en championnat, espère toutefois
réussir un coup
face à des rennais sûrement trop confiants et
déjà tournés vers les
tours suivants. Les merlus laissent passer l’orage de
début de match
après l’ouverture du score par Piquionne puis
parviennent à égaliser
par Pascal Bédrossian. Les Rouge et noir ratent un
pénalty par
Monterrubio qui relance définitivement les merlus. En 2nde
mi-temps, le
FC Lorient maîtrise devant des rennais vite impuissants et
Darcheville,
prenant de vitesse la lourde arrière-garde rennaise, donne
l’avantage
aux morbihannais qui ne seront plus rejoints par un Stade rennais vite
résigné. Christian Gourcuff, alors
entraîneur des rouge et noir,
regrettera longtemps le pénalty raté par ses
joueurs qui aurait permis
aux rennais de se mettre à l’abri.
Les merlus continuent leur aventure en coupe et confirment les
prédispositions de leur nouvel entraîneur Yvon
Pouliquen dans cette
épreuve.

>>>
2001/2002
 : L1 - 6ème journée
– samedi 8 septembre 2001
Rennes 1 –
Lorient 1
 : Chapuis 58’ ; Bouard 77’ (<span
style="font-style: italic;">19 550 spectateurs)

L’équipe : Le Garrec – Druon, Le Lan,
Ferron, Gauvin (Martini 15’) – Le
Pen (Chabert 82’), Abardonado, Guel, Bouard –
Darcheville, Feindouno –
Entraîneur : Marcos
Gaël Danic et Christophe Le Roux étaient titulaires
dans l’équipe du Stade Rennais.

>>>
1999/2000
 : Coupe de France – 8ème de
finale – vendredi 3 mars 2000
Rennes
(D1)
3 – Lorient (D2) 2
 : Diatta 17’ et
69’, Sommeil 23’ ; Darcheville 5’, Malm
62’ (12 562
spectateurs
)

L’équipe : Le Garrec – Druon, Ferron,
Gauvin, Dugbatey (Bourmaud 74’) –
Cloarec 5Le Bert 83’), Bouard, Le Grix, Bedrossian
– Darcheville, Le
Pen (Malm 22’) – Entraîneur : Gourcuff

>>>
1998/1999
 : D1 - 10ème journée
– samedi 24 octobre 1998
Rennes
1 – Lorient 0
 : Nonda 11 ’ (<span
style="font-style: italic;">19 211 spectateurs)

L’équipe
 : Hugues – Druon (Montero 73’), Triki, Dugbatey,
Fischer – Cloarec (Le
Bert 66’), Ripoll, Camadini, Pédron (Le Bert
63’) – Bedrossian, Emerson
(Bouafia 56’) – Entraîneur : Gourcuff
Non entrés en jeu : Kerhuiel, Le Garrec
Philippe Brinquin, est rentré à la 87’
à la place de Bigné dans les rangs des rouge et
noir.

>>>
1992/1993
 : D2 (groupe B) – 28ème
journée – samedi 3 avril 1993
Rennes 1 –
Lorient 1
 : Darbelet 12’ ; Granon 89’ (<span
style="font-style: italic;">3 680 spectateurs)

L’équipe : Batelli – Robelet, Grossmann,
Becker, Kerhuiel – Saint-Guily
(Le Montagner 61’), Falquero, Le Bert, Hélou
– Granon, Touré –
Entraîneur : Gourcuff

Le FCL, dernier de son championnat avec une seule victoire, se rend
chez son grand voisin breton leader du groupe et en route pour la
1ère
division. Un carton est promis aux jeunes marie-louise lorientaises,
l’ogre rouge et noir ne devant qu’une
bouchée de ces merlus trop
tendres, désarmés et traînant leur
peine depuis de longs mois. Les
rennais, donc, auraient dû écraser Lorient mais
pour n’avoir pas su
concrétiser leurs nombreuses occasions, et marquer un
2ème but
libérateur, les rennais ont laissé
échapper un point important, les
morbihannais, auteurs d’une bonne 2nde mi-temps
n’en espérant pas tant.
« C’est un point, il ne va pas changer la face des
choses mais
moralement il fait énormément de bien dans la
situation qui est la
nôtre » déclara Christian Gourcuff
à la fin du match. Quand les merlus
égalisèrent à la 89ème
minute par Cyril Granon de la tête , c’est sous
les quolibets et des bordées de sifflets que les rennais
finirent le
match et rentrèrent aux vestiaires. Mais sans les prouesses
de Ludovic
Batelli et la chance et le culot des jeunes merlus (Hélou,
Le
Montagner, Grossmann), c’est une valise que les lorientais
auraient pu
encaisser.

>>>
1989/1990
 : D2 (groupe B) – 1ère
journée – vendredi 21 juillet 1989
Rennes
4 – Lorient 1
 : L. Delamontagne 34’ et
81’, Turban 89’, Van Den Bogaard (90’ sur
pénalty) ; Le Tallec 18’ (<span
style="font-style: italic;">7 461 spectateurs)

L’équipe : Le Garrec – Le Tallec,
Kerhuiel, Obry, Le Lay – Le Roux,
Caron (Le Bohec 62’), Nyemb (Diguiny 69’), Denizart
– Marin, David –
Entraîneur : Thiboult

Les merlus auront tenu 80 minutes avant de céder et de
terminer la
rencontre sur une sévère défaite qui
ne reflète pas sa physionomie. Sur
un boulet de canon de 25 mètres, Didier Le Tallec avait
ouvert la
marque. « Ce but nous a compliqué la
tâche » reconnut l’entraîneur
rennais Raymond Kéruzoré. Malheureusement les
merlus ne purent contenir
tout le match les assauts rennais et cédèrent
physiquement en fin de
match. Quelques regrets à la fin de la partie dans les
bouches
lorientaises et le sentiment de ne pas être passé
loin d’un résultat en
terre haute-bretonne. Alain Thiboult souligna d’ailleurs
qu’un tel
scénario faisait surtout mal psychologiquement mais que dans
le jeu
quelques promesses avaient été
affichées. A noter les nombreux arrêts
spectaculaires de Stéphane Le Garrec souvent applaudi voire
même
ovationné par le public de la route de Lorient.

>>>
1987/1988
 : D2 (groupe B) – 29ème
journée – samedi 9 avril 1988
Rennes
1 – Lorient 0
 : Van Den Boogaard 69’ (<span
style="font-style: italic;">7 479 spectateurs)

« Lorient méritait mieux » pour le
Télégramme, « Occasions
lorientaises… et but rennais » pour La
Liberté du Morbihan, c’est avec
amertume que les hommes d’Alain Thiboult
quittèrent la préfecture
d’Ille et Vilaine. « Avec des si…
 » le FCL aurait dû revenir avec au
minimum le match nul mais à ne pas réussir
à la mettre au fond, on
s’expose à l’irréparable et
le sens du but de l’attaquant hollandais
Van Den Boogaard. Charrier, David, Mahmoud et Coals très
mobiles puis
Le Roux en fin de match, faillirent faire basculer la rencontre mais se
heurtèrent à leur maladresse et à un
Pierrick Hiard des grands soirs.
Les dieux du football restèrent rennais et
condamnèrent les merlus à
des exploits pour espérer se maintenir en D2
qu’ils quitteront deux
mois plus tard.

>>>
1975/1976
 : D2 (groupe A) – 17ème
journée - Dimanche 14 décembre 1975
Rennes
2 – Lorient 0


Bilan du FCL à
l’extérieur contre Rennes depuis 1975

 :
1 victoire - 2 nuls - 6
défaites, 8 buts pour - 18 buts contre
.


[Contact : webmaster@fclorient.net] [Mentions légales et crédits] [Suivre la vie du site RSS 2.0]
fclorient.net - lorientais.net - lorientais.com © 2002-2017

Visiteurs connectés : 163