Déplacement à Valence

Le vendredi 16 mai 2003 à 23h11 par Antho

Déplacement à Valence

Pour continuer à y croire, les merlus se déplaçaient chez un promu libéré du maintien et ancré à la 14ème place. Récit de ce sympathique déplacement, le dernier de la saison.

Départ à Valence

La dernière étape de mon tour du sud, nous emmenait dans la Drôme à 150 bornes de Nîmes. Greg, mon cousin, m’accompagnait pour la 3ème fois cette année ainsi que Ludo (qui nous rejoint là-bas) encore une fois présent (chapeau à lui !).

Avant de partir, j’ai pris la précaution d’obtenir le nom de l’hôtel où séjournaient les joueurs, merci à Christophe Legal pour l’information, ainsi qu’à Patrice Loko qui me le confirmait par mail, comme ce fut le cas 2 semaines auparavant pour Grenoble.

Départ de Nîmes avec Greg vers 13h00, accompagné comme toujours de mon maillot et mon écharpe, ainsi que d’un petit pack de bières.

Très beau temps comme d’habitude dans le sud à cette époque de l’année, peu de monde sur l’autoroute et ma 106 n’a pas eu à forcer son talent pour nous transporter jusqu’à la gare de valence-tgv (à 10 bornes de la ville) en 1h45 (avec un arrêt assez long sur une aire).

Ludo arrive directement de Paris en train (dans lequel il croisa le célèbre Francky Vincent !) vers 15h30, puis nous prenons la route de l’hôtel situé à Valence sud. Nous y arrivons vers 16h après avoir demandé le chemin.

A cette heure-là, les joueurs étaient encore à leur sieste donc nous nous installons au salon avec de quoi nous rafraîchir, en attendant qu’ils descendent. Un quart d’heure plus tard, les joueurs, accompagnés des membres du staff, descendent tour à tour au restaurant pour prendre leur traditionnelle collation, certains nous saluant en passant devant nous. Patrice Loko, comme à Grenoble, vient nous saluer et va rejoindre les autres merlus, avant de revenir, boire un coup avec nous (lui c’est du café !).

On discutera pendant bien 30 minutes avant qu’il aille rejoindre le kiné (sachant qu’il avait été un peu ménagé les 2 jours précédents), mais rien de grave, il tiendra sa place le soir-même.

En attendant le dernier briefing (pour la composition officielle) prévu vers 17h15, les joueurs errent dans l’hôtel. Je m’entretiens quelques instants avec Tchiressoua Guel, buvant son café à une autre table, et Stéphane Le Garrec vient de lui-même nous serrer la main, malgré une mine un peu défaite (il devait déjà se douter qu’il ne serait pas sur la feuille de match, pour laisser place à un joueur supplémentaire).

17h15 donc, les joueurs se dirigent dans une salle pour la dernière réunion d’avant match, au passage, Patrice nous remet 3 invits pour la rencontre (c’est très sympa de sa part).

Pendant ce temps nous finissons tranquillement nos verres, avant d’aller nous entretenir un temps avec le chauffeur du bus pour nous indiquer le chemin du stade mais c’est très compliqué donc nous decidons carrément de suivre le bus. Ce que nous fîmes logiquement, départ de l’hôtel vers 18h. Arrivée au stade 25 minutes plus tard (on a bien fait de suivre le bus !).

Comme d’habitude, rien de tel qu’un Mac Do (pas loin du stade comme partout !) avant la rencontre. Le coup d’envoi de la rencontre est dans 1h30 donc nous prenons tout notre temps pour prendre des forces, avant de rejoindre le stade George Pompidou.

 

Le match

Arrivée donc au stade valentinois vers 19h30, fait plutôt rare : une seule entrée pour tous, avant de rejoindre l’allée qui conduit aux différentes tribunes. La notre (virage Nord) est à l’opposé de l’entrée principale. Bonne surprise en arrivant, un couple de merlus installé dans notre virage, nous serons donc 5 au moins (on en verra d’autres plus tard, ailleurs que dans la tribune visiteur.).

Le stade paraît bien vide alors que les chiffres annoncés dans les journaux ont fait état de 3000 spectateurs (ce qui paraît beaucoup d’après ce que j’ai vu), pas beaucoup d’ambiance donc, d’autant que le terrain est encerclé par une piste d’athlétisme et seul un petit groupe local, situé en face de nous, se fait entendre.

L’entrée des joueurs est applaudie et accueillie par une banderole ²
Merci pour le maintien²
déployée par le kop précédemment cité avant que l’arbitre ne siffle le coup d’envoi de la rencontre, le gardien local étant de notre coté (assez loin quand même avec la piste…) lors de cette première période.

Début de rencontre plutôt intéressant par rapport à de nombreux matchs, et on pense voir au moins 1 but ce soir. Malheureusement, les merlus ont du mal à se créer des occasions et c’est finalement Valence qui domine le début de rencontre et qui semble être en mesure de marquer. Notre défense paraît également très fébrile, c’est d’ailleurs sur une incompréhension entre Gauvin et Audard qu’un coup-franc indirect est sifflé dans notre surface. Notre portier se rattrape en écartant le ballon mais pas pour longtemps…

Suite à une bourde de Diop (il me semble, l’action se passant de l’autre coté du terrain), les 2 attaquants locaux se retrouvent face à Gauvin et Audard, une passe courte bien ajustée permet à Tchomogo d’inscrire sans difficulté du plat du pied, le premier but de la rencontre après seulement 20 minutes de jeu. (1-0)

La rencontre est toujours assez plaisante à voir mais nos merlus sont vraiment à la peine et on se demande vraiment comment marquer car bien que la défense valentinoise ne paraisse pas très solide, notre équipe est désolidarisée et ne se procure toujours pas d’occasions franches, malgré nos timides encouragements.

Au contraire, les locaux continuent de pousser et à 5 minutes de la pause, l’arbitre siffle un penalty, apparemment logique (même vu de loin) provoqué par Gauvin semble-t-il. C’est véritablement la balle du k.o. définitif, et à ce moment-là nos derniers espoirs de monter s’envolent…avant qu’Audard nous sauve en repoussant le penalty, pas très bien tiré faut avouer. Ouf  ! ! !

Nous rentrons au vestiaire avec un handicap d’un but, et nous espérons tous voir un autre visage des merlus en seconde période sous peine de dire adieu à la L1. A la pause, le score est de 0-0 dans les 3 rencontres nous intéressant.

A la buvette nous rencontrons d’autres merlus, postés en présidentielles. Il s’agissait en fait de la famille de Laurent Montoya, Lyon n’étant pas très loin. Des jeunes accueillent notre passage par des railleries par rapport au score, nous nous défendons en comparons le classement et les palmarès des 2 clubs !

Nous retournons à notre virage 10 minutes plus tard, pile pour le retour des vestiaires des joueurs, Audard ne manquant pas de nous saluer. Un changement : Bouard à la place d’Esceth-n’zi, à notre étonnement sachant qu’on était mené, mais il est vrai que le milieu avait besoin de plus de solidité pour tenter de revenir au score.

La 2ème mi-temps nous offre une nouvelle rencontre, en effet, les Valentinois ont semble-t-il lâché alors que nos merlus se ruent enfin à l’attaque. On mettra quand même un certain temps avant de nous procurer de réelles occasions de but, Robson et Eveno ayant fait leur entrée.

Je tente encore à plusieurs reprises de donner de la voix pour booster les joueurs mais l’ambiance dans les tribunes est plutôt triste. En effet, le chrono défile et toujours 1 à 0 pour les locaux…

Heureusement la délivrance arrive enfin dans le dernier quart d’heure : cafouillage dans la surface, Loko s’y reprend à 2 fois pour mettre le ballon dans les filets, enfin l’espoir renaît ! (1-1)

Ce but ne plaît pas à tout le monde, nous recevons un ballon rempli d’eau envoyé par un petit malin caché derrière la tribune et qui a vite fait de partir en courant… (quel courage !) Mais ça va, l’eau ça fait pas mal !

La fin de rencontre est essentiellement dominée par les merlus qui pensent pouvoir prendre les 3 points face à une équipe ne pensant plus qu’à défendre.

La victoire se dessine vers la 80ème minute quand coté gauche, Bédrossian s’enfonce vers la ligne de sortie de but avant d’adresser un centre pour la tête de Kroupi qui marque ! Explosions de joie coté lorientais, je monte sur le petit grillage nous séparant du terrain…avant de déchanter. En effet, l’arbitre refuse le but, le juge de touche ayant levé son drapeau. Pour quelle raison ? Aucune idée (l’action se situe de l’autre coté de notre virage). On pense au hors-jeu mais ça semble difficile vu d’où venait le centre… Bref, terrible désillusion et grande colère envers l’arbitre…

Finalement, bien que poussant jusqu’au bout, le score finale est de 1-1, logique sur l’ensemble de la rencontre bien que le but refusé nous reste en travers de la gorge.

Feuille de match :

Valence : Allibert - Stinat, Leclercq, Sanon, Fabra (Chalamet, 91 e ), Traoré (Jarjat, 54 e ) - Da Rocha, Stéphan, Tchomogo - Calce, Guindo (Boldoum, 83 e ) ; entraîneur : Didier Notheaux.

Lorient : Audard - Boutruche, Diop, Gauvin, Montoya (Robson, 68 e ) - Guel, Chabert (Eveno, 75 e ), Bédrossian - Esceth-N’Zi (Bouard, 46 e ), Kroupi, Loko ; entraîneur : Yvon Pouliquen.

Buts : Tchomogo (22’) / Loko (75’)

Avertissements : Leclercq / Bedrossian, Robson

Enfin, à l’annonce des scores, la sanction tombe logiquement : Toulouse et Le Mans en L1, Metz doit perdre à domicile face à Gueugnon lors de l’ultime journée, pendant que nous battions Reims, pour monter en L1 !

Challenge difficile mais pas impossible, l’espoir fait vivre.

 

Retour à Nîmes

Après la rencontre nous attendons les joueurs à la sortie des vestiaires, on découvre un autre merlu qui était caché quelque part dans le stade ! Les joueurs sortent un à un, nous saluant, avant pour certains, tous disponibles, de signer quelques billets d’entrée et autres morceaux de papiers pour les jeunes valentinois venus à leur rencontre. Une fois seul, nous allons retrouver Patrice, discuter un moment de la rencontre notamment du but refusé (lui-même ne connaissait pas la raison…) et de la déception du résultat alors que les Messins ont été battu.

Patrice nous quitte vers 22h30, heure à laquelle le bus prend la route en direction de l’aéroport de Valence. Au passage, merci encore à Patrice Loko pour sa disponibilité.

Nous rejoignons donc ma voiture, non pas à 3 comme prévu initialement (Ludo en plus de moi et Greg) mais à 5. En effet, nos compagnons de tribune étant logé à Montélimar, il semblait normal de les y emmener, plutôt que d’attendre un train tardif, vu que cette ville est sur le chemin.

A peine 30 minutes de route avant d’y arriver, nous les déposons dans un village perdu de la Drôme, pas loin de Montélimar, avant de reprendre l’autoroute et finir le trajet jusqu’à Nîmes.

Nous sommes tous fatigués, Ludo dort à l’arrière, nous discutons football avec Greg, ce qui permet de ne pas m’endormir ! Trajet paisible malgré tout, aucuns problèmes. On mis environ 1h30, avec un arrêt, pour retrouver la ville des Crocos.

Peu en forme pour faire la fête, je ramène directement mon cousin chez lui, avant de rentrer directement à la maison pour dormir d’autant que le lendemain il a fallu emmener Ludo à la gare à 7h45 !

Bon déplacement donc pour le dernier de la saison, bonne soirée mais dommage que le but de Kroupi non validé ait un peu gâché la fête…

Pour conclure, de bons moments pour cette saison (grâce au permis !) même s’il a souvent manqué de supporters lorientais. Bilan comptable plutôt maigre : 1 victoire (Montélimar), 3 nuls (Istres en L2, Grenoble, Valence) et 3 défaites (Lyon à Cannes, Istres en coupe, Bordeaux, et encore j’ai raté la défaite de Toulouse ²
grâce²
à la neige et la sncf)

J’espère l’an prochain pouvoir me déplacer en championnat à Lyon, Monaco, Marseille ou Montpellier … !

Mais ça va être très difficile. Réponse vendredi lors de l’ultime journée…


[Contact : webmaster@fclorient.net] [Mentions légales et crédits] [Suivre la vie du site RSS 2.0]
fclorient.net - lorientais.net - lorientais.com © 2002-2015

Visiteurs connectés : 119